logobanner

Le 29 OCTOBRE 2008

La direction des quotidiens CanWest
tente de miner la solidarité syndicale

Ottawa Newspaper Guild | Le Local 30205 de SCA Canada

Le quotidien Ottawa Citizen refuse de permettre à ses employés de la rédaction de ne pas signer leurs articles, afin de faire preuve de solidarité à l’endroit de leurs confrères de la Guilde qui tentent de négocier une nouvelle convention collective au journal The Gazette de Montréal.

le 10 octobre 2008
Malgré la poursuite des négociations, des étudiants en journalisme sont approchés en vue d’agir à titre de briseurs de grève pour The Gazette


le 2 octobre 2008
En guise de protestation, les employés du quotidien The Gazette refusent de signer leurs articles et font la grève du zèle


le 29 septembre 2008
Les employés de la Gazette arment à 86% leurs négociateurs d’un mandat de grève


le 22 septembre 2008
Les membres de la Guilde acceptent une «offre finale» après avoir reçu une lettre d’avertissement de l’éditeur


Le 17 septembre 2008
À Montréal, les négociateurs sollicitent un mandat de grève clair afin de préserver les clauses de juridiction


Le 25 août 2008
Dans deux quotidiens CanWest, les membres se mobilisent pour manifester en faveur de leurs équipes de négociations


Les deux quotidiens sont la propriété de CanWest Global Communications Corp. Les conventions de la Guilde, aux deux journaux, contiennent des clauses qui donnent aux employés le contrôle de la signature de leurs articles et de la mention de la source.

La Ottawa Newspaper Guild (ONG) a déposé un grief au sujet de cette décision de la direction et sa présidente, Lois Kirkup, se dit certaine de gagner cette cause.

Selon elle, les termes de la convention collective sont sans équivoque. La clause applicable se lit  (traduction libre): «Les signatures ou mentions d’origine seront utilisées à la discrétion de la compagnie, à condition que la signature ou la mention de la source d’un employé ne soit pas utilisée en dépit de la protestation de cet employé.»

L’employeur, affirme Mme Kirkup, soutien que la suppression des signatures et des mentions de la source nuirait à la production et constituerait une forme de grève, ce qui est «une baliverne».

La ONG, qui par l’entremise de SCA Canada a pris part à la fin de l’été et au début de l’automne à des efforts coordonnés de mobilisation pendant que la Guilde des employés de journaux de Montréal (GEJM) tentait de négocier, continue d’appuyer la GEJM. Bien que la ONG ait ratifié une nouvelle convention collective le mois dernier, les membres font tout leur possible pour appuyer leurs collègues de Montréal.

Mme Kirkup ajoute que les membres du local ont porté leurs teeshirts noirs de la Guilde à l’occasion d’une réunion de discussion ouverte avec l’éditeur à la mi-octobre, de même qu’au travail.

«Nous continuons de tenter d’aider nos collègues de Montréal», a conclu Mme Kirkup.

ACCUEIL