SECTIONS LOCALES
COMMUNIQUEZ
ENGLISH
logobanner

Des organisations syndicales donnent leur appui aux journalistes en grève de Halifax afin d’amplifier la pression sur le Herald

Les 59 travailleurs de la salle de rédaction du Chronicle Herald reçoivent des appuis de partout en Nouvelle-Écosse en cette huitième semaine de grève qui vise la sauvegarde du journalisme de qualité.
Malgré des gestes récents de la part du SCA Canada et de la section locale, le Halifax Typographical Union (HTU), pour augmenter la pression sur l’employeur, la direction du quotidien a rejeté la semaine dernière une offre de reprendre les négociations.
« Tout indique que la stratégie à court terme du Herald ne prévoit pas un retour au travail des reporters, des photographes, des réviseurs, des rédacteurs et du personnel de soutien dans un avenir rapproché », a déclaré dans un communiqué la présidente du HTU, Ingrid Bulmer.

Arrêt des pourparlers dû à l’inflexibilité du Herald

Les négociations entre le Halifax Typographical Union et la direction du quotidien The Chronicle Herald sont rompues après 3 jours de grève des 61 employés de la salle de rédaction.
Malgré l’offre d’une deuxième série de compromis de la part du syndicat, l’entreprise insiste pour transférer les réviseurs avec le plus d’ancienneté à un centre de production non syndiqué, soutient le HTU dans un communiqué.
« Après la première année de la nouvelle entente proposée par l’employeur, les réviseurs du nouveau centre de production gagneraient de 20 000$ à 30 000$ de moins par année. Presque tous les réviseurs travaillent au journal depuis plus de 25 ans. »
« Les employés de la salle de rédaction se sont syndiqués en 1999 pour 2 raisons : pour mettre fin à un gel des salaires qui durait depuis 10 ans et pour éliminer les très importantes disparités salariales, comme celles que veut réinstaurer le Herald », soutient le communiqué.

La direction du Herald de Halifax force le syndicat à faire la grève

La section locale du SCA Canada, qui représente 61 employés de la salle de rédaction du Chronicle Herald, a décrété une grève ce matin à minuit une minute.
Le Halifax Typographical Union (HTU) a déclaré dans un communiqué de presse qu’il n’avait pas le choix d’aller en grève car l’employeur allait imposer des conditions de travail contenues dans son offre finale, offre que les membres avaient massivement rejetée.
« L’imposition de conditions de travail régressives est un affront. La direction du Herald savait très bien que ce geste allait provoquer une grève », a déclaré le représentant syndical du SCA Canada, David Wilson.

Lock-out des journalistes imminent au Chronicle Herald d’Halifax

Près du tiers des emplois de la salle de rédaction et la survie même d’un journalisme de qualité sont en jeu au quotidien Chronicle Herald d’Halifax, alors que la direction a fait parvenir un avis manifestant son intention de décréter un lock-out à compter de minuit une minute le 23 janvier prochain.
Le milieu du journalisme a été stupéfait d’apprendre les intentions de l’entreprise de sabrer la couverture de l’actualité, tout en accroissant le « contenu commandité ».
L’une des propositions du Herald parmi les plus ahurissantes est de se départir de la quasi-totalité de son équipe de montage, en plus d’offrir des emplois aux conditions salariales considérablement moindres dans le département non syndiqué des publireportages.

Les travailleurs en médias numériques chez
Vice Canada veulent se syndiquer

Des employés de Vice Canada, l’une des plus importantes sources d’actualités sur plateformes numériques au pays, ont manifesté publiquement leur intention de se syndiquer en joignant les rangs de la Guilde canadienne des médias (GCM).
Dans un énoncé publié aujourd’hui sur le site web de la GCM, les travailleurs lancent un appel à tous les employés oeuvrant aux bureaux torontois de l’entreprise – et non seulement au personnel de la salle de rédaction – afin d’amener ces derniers à signer leur carte en guise d’appui. L’objectif est de recueillir le plus grand nombre possible de cartes d’ici la fin de la semaine. À cette fin, une rencontre aura lieu à William’s Landing, situé au 120, rue Lynn Williams, le mercredi 16 décembre de 18 h à 20 h.

SCA Canada reçoit les demandes pour une bourse d’études commémorative

SCA Canada accepte actuellement les demandes pour l’obtention d’une bourse d’études commémorative John Belcarz et Dan Zeidler, offerte aux personnes poursuivant des études ou suivant une formation postsecondaire.
Les deux bourses, d’une valeur de 1 000 $ chacune, sont offertes aux membres ainsi qu’à leurs enfants, petits-enfants, nièces, neveux, époux/épouse ou partenaire. La date limite pour soumettre une demande est le 18 mars 2016. Le nom des lauréats sera dévoilé le 30 avril. Tous les détails sont disponibles sur le site web, dans la section Ressources / services.
Téléchargez : l’affiche (pour de plus amples renseignements); le formulaire de demande.

De plus en plus d’employés des médias numériques se syndicalisents

Le 21’e siècle est marqué par une série de victoires en ce qui a trait à la syndicalisation dans les salles de rédaction partout en Amérique du Nord, les employés du secteur des médias numériques cherchant à améliorer le journalisme tout en démocratisant leur lieu de travail où le 24/7 est la norme.
L’homologue de SCA Canada aux États-Unis, soit The NewsGuild (TNG), représente depuis peu des employés chez Al Jazeera America et The Guardian US (voir vidéo ci-haut). D’autres médias ayant choisi la voie de la syndicalisation incluent notamment Gawker, Salon et Vice Media.

Écoles et syndicats doivent se porter à la défense des stagiaires et de la justices

En cette ère où les stages non rémunérés et les emplois précaires semblent être la norme, comment nos institutions pourraient-elles mieux protéger les stagiaires? Et que peuvent faire ceux-ci pour mieux se protéger eux-mêmes? Ces questions étaient au cœur du Forum des travailleurs des médias, organisé par des membres associés de SCA Canada. L’événement a eu lieu à Toronto le 14 novembre dernier.
Le consensus fut que, même si leurs objectifs diffèrent, les syndicats, les écoles de journalisme et les employeurs devraient unir leurs efforts afin de favoriser la création de stages de qualité dans le secteur des médias.

Nous pouvons rétablir CBC/Radio-Canada:
Lettre à l’hon. Mélanie Joly, Ministre du Patrimoine canadien

Honorable Mélanie Joly, Ministre du Patrimoine canadien,
C’est en tant que dirigeants des syndicats représentant les employés de CBC/Radio-Canada que nous vous adressons cette lettre à l’occasion de votre entrée en fonction à titre de ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles. Toutes nos félicitations pour cette nomination à un ministère particulièrement important, puisqu’il vous reviendra de défendre le radiodiffuseur public et de lui donner les moyens d’apporter au pays une précieuse contribution culturelle et économique.
Nous vous invitons à agir au plus vite pour mettre fin au démantèlement de CBC/Radio-Canada actuellement en cours. | La Guilde canadienne des médias

Pourquoi la Guilde a perdu confiance à l’égard du Président et du Conseil d’administration de CBC/Radio-Canada

Après huit ans de compressions sans précédent y compris des coupes dans la programmation, les deux syndicats les plus importants de CBC/Radio-Canada demandent un changement de leadership.
La Guilde canadienne des médias (la Guilde) et le Syndicat des communications de Radio-Canada (le SCRC), qui représentent la majorité des travailleurs de CBC/Radio-Canada, ont perdu confiance à l’égard du Président de CBC/Radio-Canada et de son Conseil d’administration, et demandent leur démission.
Les leaders de la Guilde et les bénévoles élus de partout au pays ont constamment soulevé leurs préoccupations au sujet de la vision du Président de CBC/Radio-Canada Hubert Lacroix, « Stratégie 2020 », que la Guilde considère comme étant une concentration mal définie sur les médias numériques, une capacité réduite pour produire la programmation locale, et une augmentation du contenu acheté. | La Guilde canadienne des médias

Haute direction de CBC/Radio-Canada: les syndicats des médias n’ont plus confiance et exigent des démissions

Deux syndicats des médias représentant la majorité des employés de CBC/Radio-Canada ont déclaré publiquement que, de leur avis, les dirigeants à la tête du radiodiffuseur public n’étaient plus dignes de confiance et se devaient donc de démissionner.
La Guilde canadienne des médias (GCM) ainsi que le Syndicat des communications de Radio-Canada (SCRC) ont indiqué que le président-directeur général Hubert Lacroix ainsi que les douze membres du conseil d’administration, tous nommés à leur poste par le gouvernement Harper, ont « procédé de façon systématique à estropier » CBC/Radio-Canada au cours des huit dernières années.
Le président de SCA Canada Martin O’Hanlon a salué l’initiative de la GCM, son plus important local et aussi le principal syndicat au sein de CBC/Radio-Canada. Il y a six mois, O’Hanlon avait justement proposé de telles mesures, alors que Lacroix avait fait fi de la lettre qu’il lui avait fait parvenir, dans laquelle il pressait le PDG de se porter à la défense du radiodiffuseur public et de sommer le gouvernement fédéral de rétablir la somme de 115 millions $ amputée de son budget.

Le nouveau gouvernement doit agir rapidement pour assurer une indépendance garantie et un financement adéquat pour Radio-Canada/CBC

Les syndicats les plus importants représentant les travailleurs à Radio-Canada/CBC – la Guilde, SCRC et AR – ont écrit au Premier ministre désigné Justin Trudeau lui demandant d’agir rapidement quant à son engagement d’annuler les compressions de 115 millions $ imposées par Stephen Harper et son gouvernement conservateur et de réinvestir dans Radio-Canada/CBC. Ils demandent également l’abrogation immédiate de la Division 17 de la Loi C-60 qui permet l’ingérence dans les activités quotidiennes du diffuseur public. | La Guilde canadienne des médias

Tout comme notre syndicat, Conrad Black invite Postmedia à améliorer la qualité du journalisme

SCA Canada, qui à maintes reprises a fortement conseillé à Postmedia de miser sur un journalisme de qualité pour améliorer sa performance financière, a vu son message repris par nul autre que Conrad Black.
L’ancien patron de la presse déchu et fondateur du National Post, le plus important quotidien de Postmedia, a publiquement réprimandé le PDG Paul Godfrey jeudi lors d’un appel-conférence au cours duquel il était question de la piètre performance de l’entreprise lors du dernier trimestre.
« Je vous invite fortement à miser sur la qualité, sinon vous allez être acculés au mur », a tonné Black, un investisseur dans l’entreprise. D’ailleurs, dans son éditorial du Financial Post, Black avait récemment dénoncé les « coupes à la fois arbitraires et sans fin » de Postmedia dans ses diverses publications.

75% des Canadiens n’ont jamais entendu parler de l’important accord commercial « PTP » négocié en secret

OTTAWA (17 juin 2015) – Selon les résultats d’un nouveau sondage, trois Canadiens sur quatre ignorent complètement que le gouvernement fédéral négocie un immense accord commercial international, connu sous le nom de Partenariat transpacifique (PTP), qui pourrait avoir de sérieuses répercussions sur notre pays.
Le sondage, mené par Environics Research Group pour le compte du Réseau pour le commerce juste, a dévoilé que 75 pour cent des répondants n’avaient pas entendu parler du PTP qui se négocie avec 11 autres pays côtiers du Pacifique et qui couvrirait plus du tiers du commerce mondial.

Des membres associés viennent en aide aux nouveaux employés du secteur des médias

La situation de plus en plus précaire des emplois dans le domaine des médias, ainsi que le déclin du journalisme syndical observé dans la plupart des médias, ont mené des membres associés de SCA Canada à consacrer les six derniers mois à mettre en place diverse ressources et mécanismes de soutien pour les nouveaux travailleurs du secteur des médias.
Dans le cadre du projet Media Works, ces membres ont produit un guide pratique ainsi que quatorze documentaires audio, articles de fond et textes sur le journalisme graphique qui posent un regard critique sur les enjeux syndicaux.

Deux quotidiens du Nouveau-Brunswick larguent leurs photographes:
« Un triste jour pour le journalisme »

SCA Canada entend utiliser tous les moyens pour renverser la décision inattendue de Brunswick News de montrer la porte à tous les photographes travaillant à deux de ses trois quotidiens dans cette province.
Déplorant « un autre triste jour pour le journalisme », le président de SCA Canada Martin O’Hanlon a indiqué qu’il discuterait avec les dirigeants de deux sections locales, soit les Typographical Unions situés à Moncton et Saint John, de la possibilité de déposer des griefs.
« Nous allons continuer à nous battre afin d’assurer le maintien d’un journalisme professionnel de qualité et d’emplois locaux » dans tous les quotidiens où SCA Canada représente les employés, a promis O’Hanlon. « Or, comment peut-on espérer livrer un journal de qualité sans que celui-ci ne puisse bénéficier de ses propres photographes? », s’interroge-t-il.